Martin Ducroquet - Sencrop

Le SIMA du futur sera le rendez-vous de ceux qui font l'agriculture de demain.

Martin Ducroquet, Co-créateur de Sencrop

Depuis combien de temps votre société participe-t-elle au SIMA ?

Sencrop participe au SIMA depuis l'édition 2017, soit juste un an après sa création !

Quel est votre meilleur souvenir lié au SIMA ?

Nous y avons remporté, dès cette première édition, un SIMA Innovation Award, gage de reconnaissance de notre avance technologique et de notre application collaborative !
En effet, notre application est très ouverte pour les agriculteurs pour gérer leur risque météo et agronomique au quotidien, au niveau local et régional, mais aussi à leurs partenaires, coopératives, négoces, chambres d'agricultures, CETA, OAD, ... qui peuvent ainsi leur apporter de meilleurs conseils et avoir une vision plus territoriale des risques et de l'évolution des cultures durant la saison.

Quelle est la machine ou le service le plus emblématique que vous ayez lancé lors d’une édition du SIMA ?

Nous avons lancé lors de la dernière édition digitale du SIMA, notre SolarCrop, un capteur d'irradiance (ensoleillement) breveté à prix accessible, qui équipe aujourd'hui de plus en plus d'exploitations irrigantes : ce capteur, associé à d'autre capteurs de la gamme Sencrop, permet aux irrigants de sortir des bilans hydriques s'appuyant de vraies données locales et de calculer l'ETP pour mieux anticiper les stress hydriques, et ainsi mieux piloter leurs tours d'eau. Cela fait partie de l'ADN de Sencrop de lancer des offres accessibles à tour, permettant de démocratiser l'agriculture de précision à grande échelle.

Selon vous, à quoi ressemblera le SIMA du futur ?

Le SIMA du futur pourrait mettre en lumière toutes les innovations qui répondront aux enjeux de l'agriculture que nous connaissons tous : raréfaction des ressources, changement climatique, croissance démographique... Afin de trouver des solutions à ces problématiques, le SIMA serait le rendez-vous de ceux qui font l'agriculture de demain, pour travailler collectivement sur des solutions destinées à tous les producteurs. On pourrait imaginer davantage de rencontres, d'ateliers et de tables rondes, dans l'idée d'apporter des pistes de réflexion et des réponses concrètes à l'agriculture de demain.