TUNISIE : Les trois défis majeurs de l'agriculture tunisienne

"Les principaux défis à relever par l'agriculture tunisienne sont l'augmentation de la productivité et de la production ainsi que l'adaptation des produits de transformation aux attentes d'une population de plus en plus urbanisée" - c'est ce qu'a souligné Jean-Paul Pellissier, directeur adjoint du Centre International des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM-IAMM) de Montpellier (France). 

S'exprimant lors d'un atelier tenu sur le thème "l'agriculture tunisienne alliant tradition et innovation", organisé en marge de la 6ème édition du Tunisie Investment Forum (9-10 novembre 2017), Pellissier a indiqué qu'il y a également lieu de conquérir de nouveaux marchés pour les exportations en vue de contribuer à l'équilibre de la balance commerciale. 

Pour ce faire, il y a donc lieu de mettre l'accent sur les biotechnologies pour assurer une meilleure productivité des terres et d'innover en matière de nouvelles variétés plus résistantes à la sécheresse, aux pesticides et pouvant même être cultivées dans les eaux saumâtres, vu la rareté de l'eau. 

Dans ce même contexte, le représentant de la FAO pour l'Afrique du Nord à Tunis, a fait remarquer que seules les technologies peuvent améliorer le rendement des terres, précisant, à ce sujet, que les biotechnologies sont des techniques qui ne signifient pas toujours OGM (organismes génétiquement modifiés), tout en mettant en exergue la résilience de l'agriculture tunisienne dont la part dans le PIB pourrait atteindre, selon lui 20%. 

Il a appelé à une augmentation des investissements et a été rejoint dans cet avis par le directeur général du financement, des investissements et des organismes professionnels au ministère de l'agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche qui a relevé que "le processus de croissance est fortement lié à l'investissement"

Evoquant l'agriculture biologique, la directrice générale de l'agriculture biologique au ministère de l'Agriculture, a rappelé que la Tunisie a été reconnue par la Confédération Suisse, ajoutant que les produits bio tunisiens sont exportés vers 40 pays sur les cinq continents. 

Résumant la situation de l'agriculture en Tunisie, le secrétaire d'Etat aux Ressources hydrauliques et à la Pêche, a rappelé l'appauvrissement des terres, le manque d'eau, la forte urbanisation, les changements climatiques et les différents gaspillages (eau, sols) évalusés à 30%, outre l'inadaptation de certaines semances aux zones de production. Selon ses dires l'agriculture de demain est en fait un ensemble de facteurs à commencer par le choix des cultures jusqu'au mixage entre recherche-développement et vulgarisation. 

Sources: webmanagercenter.com