Le Mexique est l’un des principaux producteurs agricoles mondiaux

Le Mexique est un pays très vaste, avec une biodiversité qui lui permet de se placer au 10ème rang parmi les puissances agricoles mondiales.

Près de 13% de la PEA mexicaine travaille dans la production agricole et la contribution de l’agriculture et de l’élevage au PIB national joue un rôle primordial dans l’économie de Mexique.

La production agricole au Mexique est considérée comme un marché à deux vitesses où les besoins en matériel agricole et technologie varient énormément en fonction du type et de la taille des exploitations; on rencontre :

  • Des exploitations agricoles très diversifiées qui cultivent de manière intensive;
  • Des fermes avec une activité réduite, dépendant souvent du travail manuel, et dont la production ne sert qu’à répondre à la demande locale.

Environ 70% de la production agricole est encore récoltée à la main, moins de 20% des terres cultivées sont irriguées, et sur les 27,5 M ha plantés, 66,8% sont fertilisés.

Toutefois, 6 États représentent 43% du total des terres fertilisées : Jalisco (8,3%), Sinaloa (8,1%), Veracruz (7,2%), Michoacán (6,8%), Chihuahua (6,8%) et Guanajuato (5,9%). Ils concentrent les grandes exploitations agricoles qui produisent pour l’exportation. Le Mexique est ainsi :

  • 1er producteur mondial d’avocats, citrons jaunes et verts;
  • 3ème producteur mondial de raisins;
  • 5ème producteur mondial de haricots et oranges.

Une grande partie de la production est exportée, principalement vers les Etats-Unis (85%) ; parmi les principaux produits exportés, nous retrouvons :

  • L'élevage est l’un des segments les plus dynamiques du secteur primaire mexicain. Il contribue à hauteur d’environ 30,6% du PIB du secteur primaire. 
  • 110 M ha sont dédiés à l’élevage.

La production est essentiellement centrée sur le lait, la viande bovine et la viande de volaille. 

Les modes d’exploitation

Pour certaines productions, notamment celles dédiées à l’exportation, l’utilisation de la technologie joue un rôle primordial.

Les gros exploitants agricoles, plutôt localisés dans le Nord et le Centre du pays (Etats de Guanajuato, Sinaloa et Jalisco), commencent à être plus sensibilisés aux thématiques de préservation et de gestion durable des ressources dans un contexte de hausse de la productivité, amélioration des conditions de travail des travailleurs, et demande des produits et ont recours à la technologie.

Ils mettent en oeuvre une agriculture de précision qui utilisent principalement des technologies comme :

  1. Les Geographic Information System (GIS) et Global Positioning System (GPS) ;
  2. Des images satellitales et /ou aériennes ;
  3. Des tracteurs autonomes ;
  4. Des drones.

Certaines petites exploitations qui travaillent pour l’export se sont tournées vers la culture biologique, avec l’obtention de certifications internationales, car à l’export ce type de produit est plus rémunérateur et en forte croissance, notamment aux Etats-Unis, de loin leur premier client, mais aussi l’Europe. C’est le cas de certains producteurs d’avocats qui produisent, en organisation verticale, de l’avocat en poudre, par exemple.

Dans le secteur de la pêche et l’aquaculture, principalement, on compte 10 Centres Nationaux pour l’Innovation et Transfert de Technologie qui ont un impact sur 36 chaînes de production stratégiques. 

Le SIMA au Mexique

Les États-Unis sont la destination principale des produits agricoles mexicains, le Mexique est le 1er fournisseur de produits agricoles des Etats-Unis, suivi par le Canada et l’Union Européenne. Ainsi, 70% de la production d’avocats sont exportés aux États-Unis ; en ce qui concerne les myrtilles, ce sont 91% de la production.

Compte tenu de cette étroite relation, l’assistance des producteurs mexicains à des salons nord-américains est importante, notamment sur le PMA fresh summit et le World AgExpo.

Toutefois, les salons français deviennent aujourd’hui des évènements incontournables du secteur agricole pour les producteurs et entreprises mexicaines. Les produits français bénéficient, en effet, d’une image positive : ils sont perçus comme des produits adaptés aux tendances environnementales et d’efficacité énergétique.

L’offre française est principalement reconnue pour les machines agricoles, les technologies pour le travail hors-sol, la génétique, les pesticides et les semences qui sont les grandes thématiques d’intérêt pour les producteurs mexicains. Le SIMA est vu comme un salon qui permet de capitaliser l’expérience et la réputation de l’offre française dans ces domaines et leur permet d’y accéder.

Rédacteur : Lourdes CEREZO, Conseiller Export Agrotech, Business France Mexique.

Sources :

  1. World Bank Data- MEXICO
  2. Encuesta Nacional Agopecuaria, INEGI 2017: Infographies “Agicultura a Cielo Abierto”, “Agricultura protegida”, “Ganado Bovino”
  3. SIAP – SAGARPA (2017 et 2018) (Ministère de l’Agriculture)
  4. Panorama Agroalimentario | Carne de bovino 2017 (SAGARPA)