La moitié des bovins à viande tchèques sont élevés en bio

République Tchèque: Plus d'une moitié des bovins à viande dans le pays sont élevés en bio. Mais les abattoirs manquent de certification : ainsi, la plus grande partie de la viande est livrée aux grandes surfaces en qualité standard, précise Monsieur Jan Gallas, Directeur de l'environnement et de l'agriculture biologique du Ministère de l'agriculture. 

Selon le Ministère, toutefois, le secteur alimentaire bio se développe. À l'heure actuelle, la République tchèque compte 712 producteurs bio, soit une croissance annuelle de 10 %.

« Il faut admettre que les capacités d'abattage biologique manquent toujours à l'appel ; par contre, les élevages biologiques ne cessent de se développer, » dit M. Gallas. Selon Madame Kateřina Urbánková, responsable de l'Union des agriculteurs biologiques Pro-Bio, son organisation est en négociations avec la grande distribution afin d’augmenter l'offre de viande bio pour le consommateur. Par ailleurs, elle a confirmé que les abattoirs qui n'avaient abattu, jusqu'à récemment, qu'un bovin par semaine en bio, en abattaient actuellement cinq.

Pour la première fois cette année, l'État prête un soutien marketing aux denrées bio et à l'agriculture biologique. C'est la société Media Age qui a gagné cet appel d'offres d'une valeur de 24,5 millions de couronnes (un peu moins d'un million d'euros). « Il faut d'abord dresser un bilan de la campagne de cette année, avant de décider comment promouvoir la marque auprès des consommateurs, » dit M. Petr Jílek, responsable des commodités agricoles et de l'agriculture biologique au Ministère de l'agriculture, à propos des investissements futurs.

Selon les statistiques officielles, les Tchèques ont acheté des denrées bio pour 2,55 milliards de couronnes l'an dernier, soit 13,5 % de plus que l'année précédente. En moyenne, chaque habitant a dépensé 241 CZK (+28 CZK) pour ces produits. Les produits le plus souvent achetés en qualité bio sont le lait et les produits laitiers, les fruits et légumes et leurs jus, ainsi que des produits transformés tels qu'épices, moutardes, café, thé, ou plats préparés – alimentation infantile par exemple.

La part des denrées bio sur la consommation totale a augmenté de 0,2 points environ l'an dernier, pour atteindre 0,9 %. C'est la sixième année que le marché des denrées bio poursuit sa croissance ; la consommation a augmenté le plus depuis 2008. Mais, elle reste loin des trois pour cent, l'objectif fixé par le Ministère de l'agriculture pour 2016 déjà.

Source: Petra Vaňatová https://www.zemedelec.cz/