INDE : Pourquoi l'« agriculture en tant que service » attire l'argent

En Inde, le FaaS (Farming as a Service) amorce un changement, par lequel l'agriculture sera considérée de manière plus positive et deviendra rentable pour tous.

Les services de transport individuel Ola et Uber ont révolutionné le paysage des transports publics. L'Inde est-elle prête à passer à l'étape suivante, c'est-à-dire un service d'agriculture à la demande pour les agriculteurs ?

Au cours des cinq dernières années, un grand nombre de start-ups agricoles ont réuni différents acteurs du secteur sur une plateforme commune accessible via une application mobile. C'est ce que l'on appelle le « Farming as a Service », ou agriculture en tant que service. Leur objectif est de faire de l'agriculture une activité rentable et durable en fournissant les services demandés par l'agriculteur en temps réel afin de garantir une bonne récolte.

Pour Mohandas Pai, vétéran de l'informatique et investisseur technologique, le FaaS « est un bon investissement », car les « données et les schémas » montrent que les « grosses marges intermédiaires » sont « prêtes à être supprimées ».

En adoptant ce modèle, des start-ups comme Oxen Farm Solution ont pu surmonter la pénurie de main-d'œuvre grâce à la mécanisation, et ont pu louer leur équipement à un prix raisonnable. Grâce à la plateforme de m-commerce, Agro Farm, une autre start-up agricole, s'est associée à plusieurs marques nationales et multinationales de renom pour permettre aux agriculteurs d'acheter des graines, des engrais et des produits de protection des cultures, ainsi que du matériel.

Investissement à venir 

Les gouvernements locaux et central soutenant ce modèle à travers des politiques favorables, les agri-entrepreneurs rencontrent une réaction très positive de la part des investisseurs. Les investisseurs, que ce soit en capital-risque ou autre, croient en la viabilité et la rentabilité de ces modèles économiques.

« Le FaaS a beaucoup de potentiel. En Inde, 105 à 115 millions de dollars sont actuellement investis dans le FaaS. Plus de 40 % des cycles d'investissement surviennent pendant les phases de « série », ce qui indique que les investisseurs sont confiants et pourront investir plus d'argent au stade de croissance », indique le rapport « Farming-as-a-Service’ » publié par Bain and Company en collaboration avec l'Institut indien de management à Ahmedabad.

De manière générale, les start-ups proposant des solutions de gestion agricole sont celles qui ont bénéficié du plus grand nombre de cycles d'investissement. Parmi les principaux investisseurs figurent actuellement Accel Partners, IDG Ventures, Aavishkaar, Ankur Capital, Aspada, Global Innovation Fund, IvyCap Ventures, Sophia Investment ApS, et Infuse Ventures.

Plusieurs géants ont commencé à utiliser leurs initiatives pour soutenir le FaaS. En 2016, Mahindra and Mahindra, le plus grand constructeur de tracteurs en Inde, a par exemple lancé Trringo pour louer du matériel agricole aux fermiers indiens. Avec Trringo, l'entreprise entend accroître le niveau de mécanisation de l'agriculture à travers le pouvoir de la technologie et un solide réseau de franchises. Le but ? Permettre aux agriculteurs d'accéder à des tracteurs facilement et à moindre coût.

John Deere assure désormais le support technique de la flotte de tracteurs et de moissonneuses-batteuses d'EM3 Agri Services. À travers e-Choupal, ITC vend directement les produits des agriculteurs. La plateforme cherche en outre à s'étendre pour devenir un agrégateur de services agricoles.

Abhilash Thirupathy, co-fondateur de Gold Farm, déclare : « Depuis les deux ou trois dernières années, les entreprises basées sur Internet lèvent des fonds en série D à F. Le secteur est entré en phase de consolidation. Puis, il y a eu un essor des fintechs, et les gens se sont mis à chercher de nouvelles opportunités. C'est là que la sécurité alimentaire et l'agriculture sont entrées en scène. Face aux politiques gouvernementales et aux perspectives favorables, les investisseurs à impact social ont commencé à voir plus de potentiel dans ce secteur. »

À ce jour, son entreprise a levé deux cycles de financement avec Infuse Venture et le groupe Mahindra.

Des politiques favorables

Le gouvernement ayant promis de doubler le revenu des agriculteurs d'ici à 2022, le premier ministre Narendra Modi a récemment lancé le programme « Startup Agri India ». Dans le but de créer un solide système de connectivité et d'accessibilité Internet, le gouvernement central avait auparavant lancé l'initiative Digi Gaon (village numérique) et le projet Bharat Net.

S'adressant à 300 décideurs, agriculteurs, économistes et banquiers, Narendra Modi a préconisé l'organisation de « hackathons » et a souligné le besoin d'innover pour relancer l'agriculture. « C'est très efficace, croyez-moi. Leurs solutions ont fonctionné dans d'autres domaines de gouvernance » , déclare-t-il.

Abhilash était un des participants à cet événement. D'après lui, cette perspective positive et la collaboration entre les start-ups envoient un signal positif aux investisseurs.

« Cette interaction rassure les investisseurs potentiels. Soutenu par le gouvernement, le secteur ne risque pas de faire face à des interférences négatives sur le long terme, comme cela a été le cas pour les services de transport individuel Ola et Uber », ajoute-t-il.

Aujourd'hui, les start-ups spécialisées dans le FaaS sont de plus en plus prisées, comme en attestent les millions de dollars investis dans ce secteur. Au cours des trois dernières années, le financement en capital-rique ou en capital-investissement a été multiplié par environ 5,5.

Le gouvernement s'efforce de promouvoir activement les services FaaS à travers des centres de recrutement de clients (CHC) et des analyses de sol. Ses efforts pour accroître le crédit institutionnel aux agriculteurs, améliorer les infrastructures (par ex. en investissant dans des chambres froides) et promouvoir les transactions numériques favoriseront également le développement des solutions FaaS.

En résumé

Le modèle FaaS est déjà présent en Inde, et au cours des prochaines années, cet écosystème pourrait changer la façon dont nous voyons le secteur agricole indien. La création d'une plateforme unique réunissant tous les acteurs du secteur permet de résoudre les problématiques rencontrées par les agriculteurs à travers des services technologiques.

Dans un contexte d'accès croissant et étendu à Internet, les start-ups agricoles se préparent à répondre aux problématiques du secteur — que ce soit l'achat de graines ou l'accès au matériel agricole — à travers une application mobile.

En outre, les services de collecte de données et d'IoT permettent d'imaginer un espace où même l'achat de graines et les moissons s'effectueront en fonction des ressources disponibles sur les terres, réduisant ainsi les incertitudes et les risques.

La FaaS pourrait amorcer un changement, par lequel l'agriculture serait considérée de manière plus positive et deviendrait rentable pour tous.

Source: Shruti Kedia, YourStory