Bilan du deuxième jour

Un deuxième jour inspirant et riche en contenu

Le Temps Fort

Agriculture augmentée : une réalité aujourd’hui et demain

Salle comble pour la table ronde sur l'agriculture augmentée, proposée par AXEMA et le SIMA, organisée avec le concours d’Agridées. Elle a été présentée et animée par Marie-Cécile Damave avec la participation de 9 experts qui ont pu présenter leur point de vu sur l'avenir de l'agriculture avec l'utilisation des nouvelles technologies.

En quelques années, le développement du numérique a bouleversé toute la chaîne de valeur de l’agriculture. Face au défi « produire plus et mieux afin de nourrir une population toujours plus nombreuse » lancé au secteur et à ses acteurs, l’agriculteur connecté, voire augmenté, répond « agriculture intelligente (smart-farming) et de décision ». Cette nouvelle approche, modérée et qualitative, est rendue possible grâce à trois éléments majeurs : le big data agricole, qui permet de recueillir, de stocker et de traiter les données, l’agriculture de précision, qui offre la possibilité de réduire l’utilisation des intrants et l’impact environnemental, et l’automatisation et la robotisation. La finalité de cette approche innovante s’illustre par la durabilité économique et environnementale de l’agriculture et des exploitations, par l’optimisation de la qualité et de la traçabilité des productions agricoles et par l’amélioration de la qualité de vie des agriculteurs, rendant ainsi le métier plus attractif. L’approche est également stratégique car elle doit permettre de s’affranchir des aléas, ainsi que des risques complexes et multiples, tous difficiles à anticiper, mesurer, gérer, réduire, voire à éviter. Cependant, pour que cette tendance s’impose, plusieurs défis restent à relever : bâtir un environnement favorable au développement des entreprises (lancement et développement des start-up de l’AgTech), travailler à la parfaite adéquation entre besoins et innovations en termes de pertinence, d’accessibilité et de simplicité d’utilisation, développer des formations spécifiques pour les concepteurs et les utilisateurs d’outils numériques.

Conférences

SIMA DEALER'S DAY

Co-organisé par le SEDIMA, le SIMA et avec l’appui du CLIMMAR

Ce colloque a abordé la thématique du recrutement et de l’emploi au niveau européen à travers l’expérience de cinq pays leaders : Allemagne, France, Italie, Royaume Uni et Suisse. La vision globale du Climmar sur cette question a été donnée par son président, Erik Hogervorst. La conférence était animée par Benoît Egon, journaliste spécialisé en machinisme agricole, pour Terre-net Média.

Agroéquipements : peuvent-ils contribuer à l’agroécologie ?

Organisée par IRSTEA et INRA

L’agroécologie s’appuie sur trois grands principes : réduire les intrants, boucler les flux et mieux utiliser les fonctions des écosystèmes. Cette approche guidée par l’écologie se passera-t-elle des agroéquipements ou au contraire, devra-t-elle y avoir recours ? Cette conférence a fait le point sur cette question autour de deux enjeux : la réduction des produits phytosanitaires (et en particulier du glyphosate) et la nécessaire reconquête de la fertilité des sols.

Animations

L'atelier du jour, dans les villages start-up, a concerné un sujet qui touche le monde entier. L'univers de l'agriculture ne manque pas à l'appel.

Inclusion numérique, vulgarisation des outils : un nouvel enjeu pour l’agriculture de demain !

Le numérique est-il accessible à tous les agriculteurs ? La téléphonie et internet sont-ils des outils pour monter en compétence ? Comment pérenniser l’utilisation d’internet comme outil d’insertion sociale et économique des agriculteurs ? Capteurs connectés, Intelligence Artificielle, Outils d’Aide à la Décision : et le bon sens paysan dans tout ça ? Et si nous trouvions en cette technologie les moyens de comprendre encore mieux l’environnement qui nous entoure ?

Le Saviez-vous ?

Le dîner des agriculteurs du SIMA par Vazapp

L’objectif était de créer des relations entre des agriculteurs de toute l’Europe, et avec d’autres parties prenantes. Les agriculteurs étaient acteurs et pas uniquement spectateurs, pour une conférence inversée, où ces parties prenantes et les représentants politiques les écoutent, découvrant leurs besoins à travers leurs histoires.