Charles et Victor Schneider, Côte-d'Or, France

Agriculteur, c’est une multitude de métiers. Si on tend vers la simplification, c’est la fin de l’activité : il faut constamment se creuser la tête et diversifier son travail. 

Charles & Victor Schneider

Leur exploitation 

  • En GAEC et SARL Agroénergie (5 ETP + 2 personnes en GAEC)
  • Système céréalier + élevage de race charolaise (vache allaitantes et engraissement) :
  1. 585 ha, dont 60ha de prairies, et 525 ha en cultures Colza, Blé, Orge, Maïs en sillage
  2. 320 taurillons charolais et 50 vaches allaitantes
  • Exploitation familiale depuis 3 générations. En 1988, Charles reprend l’exploitation avec un objectif de diversification des productions.
  • En 1989, il reconvertit une prairie naturelle en terrain de golf.
  • En 2005, il développe une activité de chaufferie à paille de 6MW (6000 T de paille et 4000 T de bois déchiqueté par an)
  • En 2015, Victor, le fils de Charles, rejoint l’exploitation

Leurs innovations 

  • Production d’énergies renouvelables :
  1. Installation de panneaux photovoltaïque sur les toits des hangars
  2. Développement de la production de biogaz grâce à la méthanisation : mise en place d’une unité de méthanisation en voie sèche pour valoriser le fumier, intrant majoritaire sur l’exploitation
  • Travaux de voirie (déneigement de la commune ainsi que de sites industriels)
  • Développement d’une activité de production d’huile de colza. Quatre types de produits en sont issus :
  1. Huile de colza pour la consommation animale (élevage porcin client)
  2. Huile pour la consommation humaine
  3. Huile pour carburant (moteurs dual fuel de méthanisation)
  4. Tourteaux pour l’alimentation des taurillons sur l’exploitation
  • Stockage 100% à la ferme, en « 0 insecticide » depuis 10 ans

Leurs résultats

  • Diversifications des productions et donc des sources de revenus = meilleure résilience face à la volatilité des prix
  • Une production d’énergie sur site qui augmente les revenus du GAEC tout en valorisant les co-produits, et en limitant leur dépendance aux sources d’énergies extérieures
  • Augmentation de la valeur ajoutée de la production de colza, avec 4 canaux de valorisation différents, dont une part d’autoconsommation des coproduits
  • Production de cendres, valorisée comme amendement sur parcelle
  • Apport de 13 T/ha de digestat sur la totalité de l’exploitation par an

Aller plus loin

Voir leur site 

Ce portrait vous est présenté par AgrOnov, pôle d'innovation en agroécologie

Logo Agronov